mercredi 16 mai 2007

HISTOIRE DE L'ART: Duchamp et le Tour de France

On a longtemps cru que Marcel Duchamp cherchait à faire de la pure provocation lorsqu'il réalisa en 1913 sa fameuse sculpture La roue de bicyclette.

En réalité, Duchamp voulait simplement rendre hommage aux héros du Tour de France, mais ses moyens artistiques limités et sa maladresse congénitale ne lui permirent pas de faire mieux.

Durant l'été 1913, il avait été impressionné par l'aventure épique qu'avait vécue le cycliste Eugène Christophe, leader du Tour, qui s'était fait renverser par une voiture et dut réparer lui-même la fourche de son vélo dans une forge après 15 kilomètres de marche, ce qui lui coûta la victoire finale.

Eugène Christophe réparant seul son vélo

Mais cela n'empêche pas que Duchamp était un visionnaire. C'est ainsi qu'en 1917 déjà, il réalisa une fontaine devenue très célèbre et qui était en fait un hommage aux tests d'urine auxquels doivent se soumettre les champions d'aujourd'hui.

La fontaine, créée en 1917

On le voit, Marcel Duchamp a été un artiste incompris qui voulait simplement élever des monuments à la gloire du cyclisme et dont le message en avance sur son temps a souvent été mal interprété en raison de sa maladresse.

2 commentaires:

François Cuneo a dit…

Ce mec est fou…

gbuma a dit…

Excellent !

Vous connaissez l'histoire de Pinoncelli qui a pissé et cassé l'urinoire ?

Tout le monde se demande pourquoi il a tapé dessus avec un marteau et ne s'est pas contenté d'uriné.

En ce qui me concerne, je trouve que l'acte de vandalisme était le seul à même de pousser la justice à trancher entre un acte de vandalisme simple (casser un pissoire) ou une atteinte au patrimoine (abîmer une œuvre d'art). Dans une société qui pousse tout dans les bras de la justice, je trouve le geste très à-propos.

Bien sûr, la justice a tranché pour l'atteinte au patrimoine (270'000 FF), tranchant dans le mou du débat ouvert par Duchamp avec ce travail-même.

Comme quoi, l'art qui questionne l'art vieillit mal dans les mains des institutions.