samedi 15 octobre 2016

World Famous Glenn Miller Orchestra

On change de style! Pour mon anniversaire, mes enfants m'ont offert un billet pour assister au concert du World Famous Glenn Miller Orchestra. Ils m'ont accompagné et ont été enchantés. Avec raison, car on peut dire que ces musiciens se débrouillent plutôt bien avec le répertoire de swing. Nous avons passé une belle soirée à Yverdon-les-Bains.






dimanche 2 octobre 2016

Viktor Huganet au Taco's Bar de Lausanne

Hier soir, je suis allé voir (et écouter, surtout!) un concert de Viktor Huganet qui revenait au Taco's Bar de Lausanne. Une fois de plus, il a été excellent! C'est un as de la Gretsch et il reprend avec bonheur tous les standards du rockabilly, à commencer par le répertoire d'Eddie Cochran.

J'ai pris quelques vidéos et j'en ai profité pour utiliser l'option de montage de Youtube pour en faire une compilation.

Voici la liste des morceaux
- Jeannie Jeannie Jeannie
- Twenty Flight Rock
- Baby Blue Eyes
- Mystery Train
- Rock Around With Ollie Vee
- My Baby Left Me
- C'mon Everybody
- Johnny B. Goode
- Rock This Town

Enjoy!


mercredi 17 août 2016

Pollution aux jeux olympiques de Rio

La pollution évolue dans la baie de Guanabara: 

 Avant les jeux olympiques.


Après les jeux olympiques.

jeudi 18 février 2016

La crème du foot

Je vois que NIVEA fait aussi de la crème pour trous du c...!

dimanche 7 février 2016

Etranges consonances

 Simpson - Flanders

Clinton - Sanders

samedi 4 juillet 2015

Trinité américaine

De gauche à droite: le Père, le Fils et le Simple d'Esprit.

mercredi 28 mai 2014

lundi 22 avril 2013

Niouzes de Milsabor: On parlait déjà de Cahuzac en 1961!

 En regardant avec délice un épisode des 5 dernières minutes, j'ai vu qu'on parlait déjà de Cahuzac en 1961. Extrait choisi:
 

jeudi 13 décembre 2012

Stray Cats Montreux 1981: une aventure photographique

image
Temps 1:
1981: J'écoute en boucle sur mon jukebox le 45 tours "Rock This Town" des Stray Cats, un groupe de rockabilly, qui ne fait pas dans le revival, mais plutôt dans le rebirth. Brian Setzer, le leader, écrit des morceaux à la mesure de son génie à la guitare Gretsch. Dans la foulée, j'achète évidemment leur premier album. Je vois ensuite qu'ils sont au programme du festival de Montreux le 10 juillet. Ni une, ni deux, j'achète un billet et je me retrouve dans la salle avec mon Canon AE-1, mes films noir/blanc Ilford 400 que je "pousse" à 1600 ASA et une bobine de Kodak Ektachrome 100 que je "pousse" à 400.
image
Le Canon AE-1

Le concert est extraordinaire, surprenant, bourré d'énergie. L'un des meilleurs de ma vie. Je prends mes photos. Je fais développer les films noir/blanc et je fais les tirages moi-même dans la salle de bains de mes parents. Elles rejoignent ensuite mon album de photos de concerts: 

image
image

Temps 2:
Le 18 février 2008, je raconte mes souvenirs sur Milsabor! et je publie une photo de ce concert mémorable.

Temps 3: [mode autocongratulation]
Le 14 juin 2011, Nikkie Amouyal, "Creative Director" chez Eagle Rock Entertainment, qui édite en DVD les concerts de Montreux, prend contact avec moi et me demande si j'ai d'autres photos de ce concert. Elle m'explique qu'elle en a besoin pour faire la couverture et le booklet du premier DVD officiel d'un concert des Stray Cats. Elle tient à ce que les photos aient été prises lors du concert de Montreux et pas lors d'un autre concert. Elle n'a trouvé que les miennes. Par chance, j'ai encore les négatifs noir/blanc  et les diapos couleur. Dans la journée, j'expédie le tout à Londres par FedEx (c'est Eagle Rock qui paie!). Nikkie est enchantée et démarre la composition de la pochette du DVD avec mes photos.

Temps 4:
Le 6 novembre 2012, le DVD Stray Cats Live at Montreux 1981 sort avec six de mes photos en couverture, au dos et dans le cahier intérieur. La vidéo traduit très bien l'ambiance du concert: de plus en plus survolté. On voit que les premiers spectateurs sont assis sur la scène. Impensable aujourd'hui! Il y a plein de cameramen de la TV suisse romande qui arpentent la scène dans tous les sens avec leurs câbles et leurs grosses boîtes carrées à l'épaule. L'enregistrement vidéo était (est toujours) systématique au Montreux Jazz Festival. Claude Nobs détient ainsi des trésors inestimables de centaines d'artistes.
 
image 
Cliquez pour agrandir

 image



Là, c'est un morceau d'Eddie Cochran. Extraordinaire interprétation!

Temps 5:
Le 13 décembre 2012, je n'en reviens toujours pas! Comment aurais-je pu imaginer, en juillet 81, que les photos que je prenais comme simple fan finiraient sur le DVD officiel du concert 31 ans plus tard? D'abord, les DVDs n'existaient même pas. Et les cassettes VHS n'en étaient qu'à leurs débuts. Maintenant, je vois cet objet. On y voit mes photos. On y voit même mon nom dans les crédits (il y a aussi un producteur exécutif qui s'appelle Dave ... Kaplan!). Etrange impression. Etrange voyage dans le temps. Mentalement, je rejoins ce jeune type qui prend des photos et je lui dis à l'oreille: "Applique-toi! Elles finiront sur la couverture de l'enregistrement!" [/mode autocongratulation]

Conclusion:
Si vous créez des choses intéressantes en amateur, n'hésitez pas à les publier. Il se peut que vous ayez un excellent retour. Dans cet exemple, les photos m'ont été payées. Mais même si elles avaient été utilisées gratuitement, je n'en aurais pas retiré moins de fierté.
 
Stray Cats Live at Montreux 1981, Eagle Rock Entertainment, 2012.

 

jeudi 11 octobre 2012

Wonderputt

D'abord, je voulais vous raconter comment, en 1913, Auguste Lebrigand avait remonté l'Amazone en pédalo. Ensuite, je voulais évoquer ma magnifique jeunesse au temps de la guerre froide. Puis, l'idée m'est venue de râler contre ces salopards de terroristes qui font que maintenant on ne peut plus monter dans un avion avec un coca acheté au supermarché du coin.

Mais voilà: toutes ces belles intentions se sont évaporées, car je suis tombé sur Wonderputt, un bijou de minigolf en ligne (cliquez sur la note de musique pour l'arrêter en haut à gauche: c'est son seul défaut!). Tout est bien, dans ce jeu: le graphisme, les petits bruits, la façon dont chaque parcours se met en place avant de commencer.  Le niveau de difficulté est parfait: assez dur pour être intéressant, mais jamais trop pour être décourageant. 

image

Pour jouer, il faut mettre le curseur sur la balle, sans cliquer. Il faut ensuite diriger la flèche dans la bonne direction, allonger la flèche pour donner plus ou moins de puissance, puis enfin cliquer pour lâcher le coup. Lorsque vous aurez terminé les 18 trous, vous pourrez recommencer le parcours avec, cette fois, des petits "wonders" à toucher en plus. Chaque fois que vous touchez un "wonder", un arc-en-ciel s'agrandit. Le but étant qu'il soit entier à la fin de la partie.

Maintenant, juste deux petits conseils: au trou 11, il faut tirer tout de suite très fort pour remonter le courant. La balle est placée par défaut à un endroit optimal. 

image

Si vous vous loupez, vous aurez de la peine (enfin, moi j'ai de la peine) à la remettre au bon endroit pour la shooter.
Au trou N° 15, il faut d'abord toucher toutes les pierres de Stonehenge pour désactiver la barrière électrique. Ensuite, vous pourrez passer: 

image

Question confort, j'ai coupé la musique lancinante en cliquant sur la note de musique en haut à gauche. mais les petits bruits sympas restent.

Voilà. Je vais de nouveau faire perdre plusieurs dizaines d'heures de travail à l'industrie privée et à l'administration publique, mais c'est tellement bon!