vendredi 8 juin 2007

LE SAVIEZ-VOUS? L'imposture de la Grande Muraille

Il y a bien longtemps, au cœur du grand Empire de Chine, naquit un enfant du nom de Cheng Fui. Dès qu'il fut capable de parler on s'aperçut qu'il était vantard et prétentieux. Arrivé à l'âge adulte et n'ayant terminé aucune formation sérieuse, il projeta de s'introduire à la cour de l'Empereur par la ruse et le mensonge dans seul but de se trouver sans effort une situation confortable. Il y parvint très bien et devint l'un des favoris du monarque.

Un jour, celui-ci lui demanda:
- Au fait, quelle est ta profession, mon ami?
Cheng Fui, ne sachant trop que dire, répondit au hasard:
- Heu ... Architecte! Je suis architecte, Seigneur!
- Ah? Tu es architecte? Alors construis-moi un grand palais au nord du pays! C'est un bon truc pour impressionner les sauvages!
Cheng Fui était très ennuyé, car il ne savait même pas dessiner un angle droit. Mais il n'osa rien dire et convoqua des ouvriers pour construire sans plan un premier bout de mur.

Les ouvriers construisirent un mur d'une centaine de mètres de long et interrogèrent Cheng Fui sur la suite des travaux. Comme il était toujours incapable de dessiner un angle droit, il leur dit:
- Continuez tout droit! Ce sera un grand palais!
Chaque soir, les ouvriers demandaient:
- Maître, que faisons-nous demain?
Le pauvre Cheng Fui, de plus en plus emprunté répondait invariablement:
- Continuez tout droit! Ce sera un très très grand palais!
De temps en temps, pour faire diversion, il leur disait d'ajouter une petite tour carrée parce que les ouvriers savaient le faire sans aucun plan.
Lorsque, après des années de travail, l'Empereur décida de visiter le chantier de son palais du nord, il découvrit un mur qui s'allongeait à perte de vue et Cheng Fui dut lui avouer sa supercherie. L'Empereur entra dans une grande colère et il châtia très cruellement le faux architecte. C'est ainsi que naquit la tradition des eunuques à la cour de Chine.

Quant au mur, pour ne pas perdre la face, l'Empereur déclara qu'après tout il serait bien utile pour protéger son Empire des Barbares et c'est ce qui se raconte encore aujourd'hui. Le saviez-vous?

4 commentaires:

François Cuneo a dit…

Pour répondre à ta question…

Ben non, je ne le savais pas!:-)

Anonyme a dit…

ouille ! il manque un C !

Caplan a dit…

Excellent! ;-)

iker a dit…

Mais non, il ne manque pas… il était dans le potache ;-)