dimanche 17 juin 2007

Elvis dans la peau

Télérama vient de sortir un splendide hors-série consacré à Elvis. Il faudra vous faire à cette idée: nous commémorons cette année les 30 ans de la mort du King et ce n'est pas la dernière publication à paraître à ce sujet. J'attends en particulier les deux tomes monumentaux de Peter Guralnick à paraître en septembre au Castor Astral: Last Train to Memphis (Le temps de l'innocence,
1935-1958) et Careless Love (Au royaume de Graceland, 1958-1977).
Pour en revenir à ce hors-série, on peut très bien l'acheter uniquement pour sa couverture. Une photo un peu floue d'Alfred Wertheimer qui montre le profil d'Elvis tout jeune et King depuis peu. Les couleurs sont douces et chaudes et le papier estsatiné. Le titre, écrit à l'encre dorée mate, est enjolivé de petites branches art déco.

Mais on peut aussi l'acheter pour son contenu. il y a de jolis passages, comme l'article de Laurent Rigoulet qui raconte magnifiquement comment un DJ nommé Dewey Phillips, un type complètement atypique, a lancé la carrière d'Elvis dans son émission Red, Hot & Blue. Des articles parlent de son entourage, de ses contemporains. On y trouve l'opinion que les artistes d'aujourd'hui ont sur lui. En fait, beaucoup d'éléments qu'on connaît peu ou prou, mais qui sont racontés ici sur un ton tout à fait plaisant, qui me fait penser à l'époque où je lisais régulièrement Rock & Folk. François Gorin signe d'ailleurs plusieurs textes.
Cette photo de Wertheimer baptisée "Hold Me Tight" a été achetée par Diane Keaton.
Elle le considère comme le baiser le plus érotique qu'elle ait vu.

Un article est consacré au reportage photo qu'Alfred Wertheimer a fait en 1956. En outre, nombre de photos illustrant ce hors-série sont originales et surtout très soigneusement imprimées. Que voilà un joli moment de lecture!

Ne manquez pas ensuite de faire le quiz en ligne de Télérama pour tester vos connaissances en elvisologie.

Pour accompagner le tout, j'ai choisi trois morceaux enregistrés en public:

Le premier au Eagle's Hall de Houston en 1955:
Baby Let's Play House (mp3)


Ensuite, un morceau tiré de l'excellent triple album That's The Way It Is, un concert de 1970:
Little Sister/Get Back (mp3)


Et pour finir, en 1969, Elvis s'écroule de rire après une minute de chant et ne s'arrêtera qu'à la fin du morceau:
Are You Lonesome Tonight? (mp3)


6 commentaires:

Anonyme a dit…

Ha oui, Dans Lonesomme tonight on entend une choriste digne de rendre fou un martien de "Mars Attaks", c'est là ma seule référence elvissienne.

l'agent A

Madame Poppins a dit…

J'aime bien ce genre de billet parce que ça diminue mon manque de culture : je suis bien trop flemmarde pour lire ce genre d'ouvrage, tout en aimant bien en savoir plus....

Cela dit, pour moi, Elvis, c'est quand même un tantinet "poussiéreux", désolée pour les véritables fans !

Caplan a dit…

A,
C'est ce qui fait rire Elvis. Et plus il se bidonne, plus elle est seule à chanter, plus ça le fait rire...

Madame Poppins,
Tu trouves ça poussiéreux parce qu'on nous passe tout le temps les mêmes poncifs sur lui: "Un gros plein de soupe avec des lunettes ridicules qui chante pour des mémés à Las Vegas". C'était bien autre chose. Un peu comme si la seule image de Delon était celle d'aujourd'hui...

Anonyme a dit…

:-) alors je serais curieuse de connaître le Delon de hier parce que là, en effet, j'aime pas trop.... mais t'as raison, j'ai un peu des "préjugés" même si "returned to sender", j'adore !

Madame Poppins qui a la flemme de se connecter

Caplan a dit…

J'ai dit Delon comme ça. Ce n'est pas non plus mon acteur préféré.

C'était simplement pour dire qu'il y a une sacrée différence entre le début et la fin...

Hector a dit…

Pour juger, il faut avoir le courage de se lever, et d'aller emprunter par exemple dans la bonne médiathèque du coin si il y en a une (sinon, i y a les téléchargements (...).
Un album comme le "from elvis in Memphis" de 1968, si tu tombes pas par terre à son écoute... alors forget le rock'nroll, la pop, et tuti quanti.
Autant ne plus aborder le sujet.
On nous a assez bassiné avec le king de 1974 bouffi, et on a oublié de nous parler de ces excellentes chansons de 1961 à 1972, super bien produites , chantées et orchestrées; qui s'est sûr ne sont pas vendues à bas prix dans le supermarchés.
Mais... une énième compile de Bnney M, ça... oui !
Faites votre choix. Mais testez !!