dimanche 21 octobre 2007

La Suisse vote populiste et lâche le PS

Christoph Blocher, notre sympathique leader populiste.

En Suisse, le premier tour des élections fédérales vient de se terminer avec le triomphe de l'UDC, le parti de l'extrême-droite populiste et xénophobe. Les lettres U.D.C. signifient Union Démocratique du Centre. En fait, c'est l'ancien parti des paysans, qui est toujours une union, mais qui est à peine démocratique et qui est carrément de droite. Son chef en est le fameux Christophe Blocher, capitaine d'industrie millionnaire et membre du gouvernement. Il roule pour la droite financière zurichoise.

L'UDC écrabouille tous ses adversaires.

Ce qui m'énerve, dans cette histoire, ce n'est pas tellement que les populistes se taillent un beau succès (si, en fait, ça m'énerve...), mais c'est l'incapacité de la gauche, essentiellement du PS, à produire un discours clair et réaliste qui puisse mobiliser les couches populaires. Les travailleurs ont l'impression qu'ils n'ont plus aucun relais au parlement. Ils se précipitent dans les bras de l'UDC, dont le programme se résume ainsi: "Foutons dehors les étrangers et tout ira mieux!"

Mis à part l'UDC, il n'y a que les Verts et les Démocrates Chrétiens qui tirent leur épingle du jeu, mais leurs scores manquent de poids.

Comme en France, c'est le Parti Socialiste, à côté de ses pompes, qui ouvre des boulevards à la droite et à ses solutions simplistes. Jusqu'où faudra-il encore descendre pour que la gauche se réveille enfin?

4 commentaires:

François Cuneo a dit…

Oui, d'accord, mais il faut qu'il dise quoi, le parti socialiste?

Il faut qu'il entre dans le jeu de la peur aussi?

Son discours est bien plus difficile à expliquer que les mensonges du sale gueule que tu nous mets en illustration.

Caplan a dit…

J'attends du PS qu'il prenne position clairement pour la défense des acquis sociaux et qu'il COMBATTE pour les défendre. Pas qu'il pleurniche en disant que la droite est vraiment trop méchante.

Il doit mettre en avant ce pour quoi il a été créé sans mettre en vedette perpétuellement ses adversaires.

Je suis clairement pour l'aile syndicaliste. Pas l'aile BoBo...

zit a dit…

Kest'a contre les BoBos?

z (non, mais y sont sympas les BoBo, je répêêêête: Barre à gauche, toute, iceberg en vue!)

Caplan a dit…

Ah oui! Pardon, Zit... J'oubliais! ;-)