samedi 15 septembre 2007

LE SAVIEZ-VOUS? La traversée de Paris en apnée

La première et dernière course en apnée à travers Paris.

Le 14 mai 1897, la Société d'Athlétisme de Ménilmontant (SAM) organisa une course à pieds qui est restée dans les annales. A l'époque, le sport se démocratisait et chaque club se devait de mettre sur pied une course originale pour se démarquer des autres.

Lucien Jarret, le président de la SAM, impressionné par les tours de magie du prestidigitateur Houdini, qui restait plongé dans l'eau durant de longues minutes en se libérant de lourdes chaînes, imagina une course à travers Paris qui se ferait en apnée.

Le parcours avait été tracé de la place du Trocadéro jusqu'à la Porte des Lilas, ce qui représentait une distance particulièrement longue. Trente-cinq athlètes s'inscrivirent pour relever ce défi surhumain. Les premiers concurrents s'arrêtèrent à la Place de la Concorde, à bout de souffle. Les autres poursuivirent tant bien que mal, mais renoncèrent à la Place Vendôme, aux Halles, puis Place de la République, ce qui était déjà une performance extraordinaire. Pour finir, il ne restait plus qu'un seul concurrent, Marcel Godard qui, étant arrivé aux limites de ce qui est humainement possible, s'écroula Rue de la Duée et ne se releva plus. Il fut enterré non loin de là, au Père Lachaise.

Lucien Jarret dut subir quelques reproches et il démissionna de la présidence de la société l'année suivante. Son successeur organisa un tournoi de pétanque qui se déroula sans encombre. Le saviez-vous?

5 commentaires:

zit a dit…

Et en plus, ils étaient si jeunes...
z (bin oui, quoi, l'apnée juvénile, vous conaissez pas? je répêêête: bon, ok, je ---> )

François Cuneo a dit…

Trop triste pour moi.

Ce pauvre gars qui a tout donné…

A la place de la pierre tombale, ils ont mis un tubas…

Caplan a dit…

François: "Ce pauvre gars qui a tout donné…"

Oui, mais le gars s'appelait Godard. Normal qu'il ait été à bout de souffle...

l'agent A a dit…

Dingue ! si ça se trouve il s'est écroulé à qq pas de chez moi… je m'en vais mettre une plaque

Caplan a dit…

Pour une fois que tu en METTRAIS une... ;-))