mardi 13 février 2007

VIEW-MASTER: l'histoire en 3D

Gamin, j'ai passé des heures à regarder des images en relief dans mon View-Master. Surtout des histoires de Disney: Mickey, Donald, Tic & Tac. J'étais fasciné par ce monde à la profondeur virtuelle.

Le procédé de la photo en 3D existait déjà depuis le dix-neuvième siècle, mais c'est William Gruber qui a mis au point le système de disques avec des diapositives Kodachrome pour l'Exposition de New York en 1939.

Très tôt, le catalogue a comporté un grand nombre de disques documentaire. Les dessins pour enfants y étaient très minoritaires, comme le montre ce catalogue de 1951:

Cliquez sur l'image pour l'agrandir


Il reste maintenant une quantité phénoménale de vues en 3D qui étaient simplement documentaires à leur sortie, mais qui sont devenues historiques avec le temps. J'ai trouvé aux puces des disques racontant la conquête spatiale avec les projets Mercury, Gemini et Apollo. Il existe aussi une multitude de villes et de régions qui proposaient des View-Master en souvenir à leurs visiteurs. On peut ainsi se promener dans le New-York des années 50, visiter l'Expo de Bruxelles en 58 ou celle de Lausanne en 64. Autant de documents qui sont devenus de véritables archives géographiques, sociologiques et techniques.

En plus de ces disques édités industriellement, il y avait des gens qui prenaient leurs photos avec un appareil spécial à deux objectifs et qui montaient eux-mêmes leurs disques. Certaines familles ont des photos souvenir en relief!

Il existe aussi un laboratoire qui scanne les vues stéréo et qui les convertit en images à regarder avec les lunettes rouge/bleu, pour ceux qui ne veulent pas les regarder dans une visionneuse. Mais ce système gâche les couleurs, alors que l'avantage de View-Master est justement de les montrer telles qu'elles sont.

Regardez dans vos greniers et dans vos armoires! Il y a peut-être des trésors qui y dorment. Payez-vous un voyage dans le temps! Et si vous n'avez ni disques ni visionneuse, il y en a des quantités à vendre sur Internet, de collection ou en réédition, parce que le procédé n'est pas mort!



2 commentaires:

François Cuneo a dit…

Ah, c'est plus ancien que le 400D, mais c'est plus rigolo aussi!

Caplan a dit…

Non seulement, c'est rigolo, mais en plus c'est instructif et même impressionnant pour certaines images.

Je ne comprends pas que cette technique ne soit pas plus développée dans la photo documentaire. Pendant longtemps, j'ai cru que c'était parce qu'il ne pouvait y avoir qu'un seul spectateur à la fois. C'est sans doute un peu vrai, mais quand on voit aujourd'hui tous ces gens avec leur iPod qui écoutent de la musique tout seuls dans leur coin, je me dis que la peur de la solitude ne doit pas être la bonne explication...