samedi 8 décembre 2007

BLOXORZ: un jeu en ligne magnifique

Le niveau 6 de Bloxorz, un coup avant la fin.

D'habitude, je ne suis pas très joueur sur le net. Mais là, je suis resté accroché car mon garçon m'a montré un très joli jeu en ligne: BLOXORZ, créé par Damien Clarke. Il s'agit de déplacer avec les 4 flèches du clavier une petite brique sur un dallage en passant par des ponts-levis de manière à la mettre finalement dans un trou. On progresse dans 33 niveaux de difficulté. Les premiers sont relativement faciles et vous mettent en confiance. Les derniers sont infernaux, comme il se doit.

Pour commencer, cliquez sur Start New Game, puis lisez les instructions. C'est indispensable car, à mesure que vous avancez dans le jeu, vous trouvez de nouveaux boutons à enfoncer. Il y a aussi une fonction qui permet de splitter votre brique en deux petits cubes. Pour prendre le contrôle de l'un ou de l'autre, il faut pointer la flèche sur celui que vous voulez et appuyer sur la barre d'espace.

Mais je vous laisse découvrir vous-même toutes les astuces de ce magnifique petit jeu. Moi, j'adore les bruits différents que fait la brique suivant la matière sur laquelle on la déplace.

Le niveau 33 de Bloxorz: un cauchemar.

Ah oui! J'oubliais: vous trouverez sur cette page, au post 13, les codes pour accéder directement à n'importe quel niveau. il faut les entrer sur la page d'accueil du jeu en cliquant sur Load Stage. Pour ceux qui veulent jouer à la régulière, notez tout de même le code du niveau où vous en êtes resté, pour reprendre la partie plus tard. On nous annonce un dimanche pluvieux. Vous savez ce qui vous reste à faire...

11 commentaires:

caesar morituri a dit…

positivement effroyable !

l'agent A a dit…

merci Caplan ! j'ai trouvé comment occuper Albert une matinée entière !!

Anonyme a dit…

merci pour le jeu, c'est mortel....
je ne dors plus et je ne mange plus!!¨Mais je m'éclate, je suis fan....

Et encore Bravo pour ton blog, je me réjouis chaque fois de te lire.
Françoise.

Caplan a dit…

Merci pour vos commentaires enthousiastes!

Tu vois, Françoise, ce n'était pas si difficile que ça!

Merci pour ta fidélité, mais pense à dormir un peu!...;-)

l'agent A a dit…

heu… je corrige, Caplan… des journées entières !

coacoa a dit…

C'est prodigieux comme jeu !!!

Au fait, Caplan, tu avais vu ce court-métrage ? Je sais que tu avais parlé de l'école des Gobelins mais ne suis plus sûr de ce film-là...

http://fr.youtube.com/watch?v=aTXZS_clET4

Merci pour le jeu !!

Caplan a dit…

Très joli, le film!

Mais je ne mets plus les Gobelins, pour ne pas m'approvisionner qu'à une source. Ils sont tellement bons qu'on pourrait en mettre un chaque semaine...

Je cherche d'autres trucs pour varier et découvrir.

Eh! J'espère que ton boulot ne va pas souffrir de Bloxorz! ;-)

l'agent A a dit…

Albert a atteint le niveau 23 !

Caplan a dit…

Bravo Albert! Continue! Tu vas finir polytechnicien!

J'ai une collègue qui en était au niveau 30 aux dernières nouvelles. Elle y passe ses nuits, c'est terrible!... Une véritable addict. Je culpabilise...

zit a dit…

Môôôssieur Caplan, je ne vous remercie pas, alors que j'ai une chronique sur le feu pour un célèbre (et bientôt centenaire) site helvète francophone, je viens de passer un certain nombre d'heures (pour ne pas dire un nombre certain d'heures) à me torturer les méninges, à touiller la sauce blanche qui se trouve entre mes oreilles sur les aventures de ce monolithe.
Pour ma part, c'est sur le 29 (ou était-ce le 30) que j'ai coincé et pour lequel j'ai dû faire appel à la vidéo.
Sinon, quelle tuerie, ce truc!

z (nonobstant, l'allégorie du petit monolithe turgescent cherchant par tous les moyens –souvent détournés et retors– à rejoindre son petit trou, malgré tous les obstacles et parfois en employant la ruse, il ne portait pas un autre nom, ce jeu, dans le temps... chez pas moi, genre "la drague", je répêêêêête: non, ok, je suis déjà ---> ;-)

Caplan a dit…

Hem, ... Je présente toutes mes excuses aux familles des dépendants à ce jeu!...

Je ne l'ai pas fait exprès. Je voulais juste ajouter ma pierre à l'édifice...