mercredi 19 mars 2008

Le CIO soutient la Chine dans sa mise au pas du Tibet

L'ordre règne à Lhassa.

Jacques Rogge, le président du Comité International Olympique (CIO) a déclaré: "Nous regrettons cette crise dans la province du Tibet et espérons que le calme va revenir dans la région". Mais Monsieur le Président, ne vous en faites pas: le calme va revenir dans la région, c'est sûr. A coups de triques.

Berlin, 1936. Levez la main droite et dites heil!

Il faut dire que le mouvement olympique a toujours apprécié les régimes forts, à commencer par la magnifique prestation berlinoise sous les yeux du Führer en 1936. Plus près de nous, les goulags soviétiques n'ont pas dérangé le CIO en 1980. De plus, je sais que l'appartement que louait le précédent président Juan Antonio Samaranch au Lausanne-Palace était décoré d'un portrait du Caudillo Francisco Franco.

Le gouvernement chinois veut mener un "combat à mort" et fustige la "clique du Dalaï-Lama". Moi, ce que je fustige, c'est la clique du CIO qui n'a qu'un seul but: péter dans le velours en invoquant un "idéal" qui est maintenant à des années-lumière du projet de Pierre de Coubertin. Le siège du CIO pue le fric. Le musée olympique aussi. Ces messieurs sont tellement importants qu'ils ne peuvent se déplacer que dans de grosses Mercedes qui sillonnent les rues de Lausanne à grande vitesse. Les membres des comités nationaux sont achetables pour l'attribution des futurs jeux. On nous jurera que ces gens ne reçoivent pas d'argent en espèces, mais il est évident qu'ils bénéficient de prestations en nature qui n'ont aucun rapport avec le niveau de vie de leurs pays respectifs. Pour paraphraser Desproges: "Le sport a pourri le monde du fric!"

La Chine est désormais un partenaire commercial incontournable pour la plupart des pays du monde. Il n'est pas question de la critiquer, ni au nom du sport, ni au nom des Droits de l'Homme. Et Kouchner, sous l'influence de Qui-Vous-Savez, ne dira pas le contraire. Mais les Tibétains peuvent se rassurer: la flamme olympique passera par leur pays. Ils pourront la saluer à leur manière et ils en auront pour leur argent...

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Tout à fait du même avis.
Cela fait longtemps que je ne regarde pratiquement plus les J.O. (où est encore le sport 'amateur' dans tout cela ?).
Et cette année, ce sera le boycott total !

Filou

Caplan a dit…

Oui, mais que les choses soient claires: je n'ai rien contre les athlètes (enfin... ceux qui ne se dopent pas...)

Beaucoup sont des gens sincères et respectables. Le problème, c'est qu'ils sont pris en otages.

Thérèse a dit…

J'avais lu "la CIA soutient la Chine..." et je me suis dit là quand même, Milsabor, il fait fort. Et j'ai remis à plus tard la lecture et le commentaire. En repassant par là (je vais tous les jours avec une petite fille que je connais sur le dessin animé du chat), je me suis arrêtée, d'autant que j'ai été très énervée ce matin d'entendre un officiel chinois parler du Tibet. Pourquoi les journalistes qui ne peuvent pas y entrer librement iraient-ils à Pékin couvrir les Jeux Olympiques ? Ce serait formidable si les TV et les journaux faisaient la grève de la couverture des Jeux. Aller, s'ils pouvaient juste en menacer les autorités chinoises... Pffuit, je rêve sans doute.