jeudi 14 février 2008

Histoire de l'art: Mauvais cygne

Léda et le cygne, de Veronèse.

Veronèse était un peintre plutôt taquin. Sous des aspects classiques, il aimait évoquer dans ses toiles des anecdotes qu'on lui rapportait. Cette scène en est un parfait exemple.

Léda Monteleone était une très jolie Vénitienne mais, malheureusement, elle n'avait qu'un petit pois entre les deux oreilles. Très entreprenante, elle faisait la cour à tous les beaux gosses qui passaient à sa portée. Dans un premier temps, les garçons étaient charmés, mais ils se rendaient rapidement compte que la pauvre fille était bête à manger du foin.

Sa mésaventure avec Pietro Marinelli fait l'objet de la toile de Veronèse: Comme elle le faisait avec tous les autres, elle avait charmé Pietro, mais celui-ci fut consterné par la conversation de la belle. Elle ne comprenait rien et n'avait pas la moindre idée un tant soit peu intelligente. Pietro, ne voulant pas blesser Léda, lui déclara qu'il ne se sentait pas à la hauteur de sa beauté et lui proposa de rester bons amis et de se voir régulièrement en tout bien tout honneur. Il lui déclara:
- Pour entretenir l'amitié, il faut se faire un signe de temps en temps.
Une fois de plus, Léda comprit tout de travers...

3 commentaires:

l'agent A a dit…

Lao Tse l'a bien dit "Quand le sage voit un grand oiseau blanc sur le lac… c'est un signe !"

François_Cuneo a dit…

Il a osé!!!!!!!

Thérèse a dit…

Je l'avais pas lu, trop bon !