jeudi 16 juillet 2009

Autrefois la Lune

Vous avez sans doute remarqué qu'on parle beaucoup du quarantième anniversaire du premier pas sur la Lune, ces derniers temps. Je vais m'y mettre aussi! J'avais onze ans quand c'est arrivé et c'est une aventure qui m'a marqué, c'est sûr.

A l'époque, nous n'avions pas gardé beaucoup de documents, à part les numéros de Paris Match que j'ai toujours. Mais, il y a quelques temps, j'ai trouvé aux puces un dossier constitué de pages entières de nos quotidiens lausannois consacrées aux expéditions d'Apollo 10, 11 et 12:

J'adore relire ces articles, écrits en grande partie par l'envoyé spécial Jacques Tiziou, car il reflètent l'atmosphère enthousiaste de l'époque, mais, malgré tout, on ne savait pas si ça allait marcher ou pas.

Je ne me lasse pas de relire ces pages historiques, remises dans leur contexte:

Les télévisions mettent le paquet cette semaine pour nous remettre en mémoire les grands moments de la conquête spatiale. Arte rediffuse l'excellente série en 4 épisodes A la conquête de l'espace: un docu-fiction qui montre la rivalité entre Von Braun et Korolev. Sur Histoire, on peut voir Direction les étoiles, l'aventure spatiale américaine, avec de très bonnes images d'époque et des interviews des astronautes et des membres du contrôle de Houston. J'ai vu cette dernière série sur la Télévision Suisse Romande, qui met les épisodes en ligne durant une semaine après leur diffusion. Mais je ne suis pas sûr que les internautes français pourront y accéder, pour des raisons de droits.

Pour vous mettre dans l'ambiance, je vous propose de vous entraîner à poser le LEM sur la Lune sans vous écraser avec APOLLO LUNAR LANDER SIMULATOR. Vous devez maîtriser la descente en actionnant le moteur (Throttle) grâce aux boutons Throttle Controls. Commencez par la difficulté Medium et la vitesse en temps réel. C'est déjà bien assez difficile comme ça, mais on y arrive!

Voici enfin une vidéo qui retrace en 28 minutes le voyage d'Apollo 11. Le commentaire est en anglais:


Cliquez sur la petite croix pour enlever la pub.


[edit] Voici les premières images de l'alunissage restaurées et remastérisées par la NASA en 2009. C'est magnifique:



10 commentaires:

François Cuneo a dit…

Christian, je m'en souviens comme si c'était hier.

Nous étions dans un camping italien, et dans un motorhome, ils avaient la télé (en noir et blanc), qu'ils avaient sortie et tout le monde regardait ça en arc de cercle, avec des cris et des hourras.

C'était dingue.

Un grand moment, que je suis très fier d'avoir pu vivre en direct.

Caplan a dit…

Moi, j'étais bêtement à la maison...

Nous avions la télé, noir/blanc évidemment, depuis peu de temps. Je me demande d'ailleurs si mon père ne s'était pas décidé à l'acheter tout exprès en vue de voir les expéditions Apollo.

Je me rappelle qu'on ne faisait que de parler de ça au collège. En fait, on était tous astronautes...

@necDOT a dit…

Je n'ai pas vraiment de souvenir de ce moment si ce n'est qu'en en parlant avec une copine j'évoquais le nom de Von Braun ... Elle me répondit "C'est qui ça ?". Ce fut rédhibitoire ...

Caplan a dit…

Ah oui, Von Braun...

J'adore l'aventure spatiale, mais je n'oublie pas les conditions dans lesquelles les prisonniers fabriquaient ses V2. Il n'a pas hésité à pactiser avec le diable pour réaliser son rêve. Ça reste une vilaine tache sur son CV...

Jacques a dit…

Oui, cela restera pour toujours une tâche sur son CV que personne n'effacera jamais, mais si vous l'aviez connu comme moi, c'est une chose que vous oubliriez vite. Nous sommes devenus amis dès notre première rencontre à Huntsville, peut-être parce que j'étais le seul journaliste spécialisé dans les questions spatiales qui soit aussi un ingénieur aérospatial spécialisé dans la propulsion par fusée. Merci à messieurs Wilmott et Mansour, inventeurs des fusées JATO pendant la 2e guerre mondiale pour avoir dicté mon avenir dès mes 12 ou 13 ans... Et l'être que j'ai connu plus tard, le Dr. von Braun américanisé, était ce que j'appelle un Cameléon. Quelqu'un qui sait s'adresser au nettoyeur des chiottes comme au Président du pays ou la Reine d'Angleterre. C'était un être obsédé, certes ! Mais obsédé seulement par la conquète de l'Espace par les Terriens. Obsédé par la mise sur orbite d'un premier satellite et on ne l'a pas laissé de faire. Obsédé par l'envoi d'un Terrien sur la Lune. Et il l'a donnée à tous ceux de nous qui sommes sur cette planète ! Il y a bien lontemps que je lui ai pardonné d'avoir été contraint par une saloperie d'Hitler à passer par la V-2 pour nous emmener sur la Lune ! Jacques Tiziou.
PS: j'imagine qu'il se retournait dans sa tombe en entendant parler de l'ISS et du programme Constellation. Je suis ravi qu'on ne pense plus à mettre des hommes et de femmes sur cette Ares 1 incontrôlable ni à retourner sur la Lune dans un proche avenir, puisqu'il n'y a rien à y faire qui ne puisse être fait depuis la surface de la Terre ou depuis orbite terrestre à une heure de la maison... Ce qu'il y a dans la tête des Terriens de la Maison Blanche et de la NASA, c'est d'aller plus loin ! C'est ce qu'il nous faut faire avant les vacances sur la Lune !

Caplan a dit…

Jacques Tiziou? Vous êtes LE Jacques Tiziou???

C'est un grand honneur d'avoir un commentaire de vous sur mon blog! Merci!

Je lisais vos articles quand j'avais 11 ans. J'aurais tellement voulu être à votre place...

Quant à Von Braun, je suis d'accord avec vous. Il avait un idéal de conquête spatiale. Il a dû considérer que la guerre est une saloperie de toute façon. Alors, autant construire des fusées, même si c'était grâce à des prisonniers. S'ils n'avaient pas construit des fusées, ils auraient été affectés à d'autres travaux forcés...

La compromission de Von Braun restera effectivement une tache indélébile. Mais je vous envie de l'avoir rencontré!

Et la Lune? Si les Américains n'y retournent pas de sitôt, je parie que les prochains à y marcher seront des Chinois...

Merci encore pour votre visite!

Jacques a dit…

Très bien ! Laissons les y aller. Nous pourrons rire alors en leur disant: Les Américains ont fait ça il y a plus d'un demi-siècle !!! Qu'allez vous pouvoir y faire au-delà d'y mettre aussi votre drapeau et celui des Nations Unies ? Eux, les Américains, se sont posés sur un astéroide et sont en route vers Phobos... JT.

Caplan a dit…

Un astéroïde? Phobos? Si c'est pour comprendre comment s'est formé le système solaire, des sondes automatiques suffisent, nous dit-on.

Je dois rester marqué par les idées de l'époque Apollo: l'exploration humaine prépare une colonisation. La nature a horreur du vide et l'Homme encore plus! Et la Lune me semble l'endroit le plus adéquat pour commencer.

Jacques a dit…

Jamais les sondes automatiques n'ont ralenti la volonté de l'Homme d'explorer. Bien au contraire, et je suis le premier à en vouloir comme le voulait le Dr. von Braun. Elles sont indispensables pour préparer le terrain. Jamais Apollo n'aurait pu se faire sans les Ranger, les Lunar Orbiter et les Surveyor.
Celles déjà autour de Mars et à sa surface font un travail exceptionnel. Ce n'est qu'un tout début. Cela continuera. Il faudra du temps (et de l'argent). L'augmentation du budget de la NASA de 6 milliards de dollars en 5 ans (Si Dame Congrès veut bien)n'est malheureusement qu'une goutte d'eau par rapport à ce qu'il daudrait pour voir des hommes et des femmes à la surface de Mars de mon vivant, comme je l'avais espéré. Mais je n'étais pas le seul à mêtre mis deux doigts dans l'oeil...
Les progrès dans tous les domaines (en commençant par tous les budgets, ne nous permettront peut-être pas de débarquer sur Mars avant 2069, mais ceux qui vivront cette aventure là la vivront bien mieux que vous avons vécu les vols Apollo. Ils verront jusqu'à la couleur des yeux des astronautes, le tout en relief de n'importe où sur cette planète et sans même avoir besoin d'écran. Cela, -pas la date- c'est une chose certaine. L'Homme ne cessera jamais d'explorer et comme l'avait prédit Tsiolkovski, il n'est pas fait non plus pour rester dans son berceau. Il continuera à fabriquer des outils et à les utiliser. Pour marcher sur des astéroides et des comètes, sur Deimos et Phobos, et Mars et bien au-delà...
La Lune, c'est de l'Histoire, c'est du passé. Comme je l'ai souvent dit, c'est pour les Clubs de vacances... Jacques Tiziou.

Caplan a dit…

A propos de vacances, Monsieur Tiziou, si vous passez un de ces jours par Lausanne, faites-moi signe (caplan[at]cuk.ch). Ça me ferait très plaisir de vous rencontrer!